mercredi 29 mars 2017

Mercredi 29/03 :
grotte CHABOLO


 
Ce mercredi matin, Philippe D., ancien du SCA, m'appelle pour m'annoncer qu'un de ses collègues a trouvé un trou dans la Louyre ; en contact avec Lionel R., celui-ci m'annonce qu'il a même commencé à gratter dans la cavité. Rendez-vous est pris et j'en profite pour prévenir Pat, propriétaire terrien du Coiron ! L'union fait la force puisqu'il amène même son copain Hervé.


D'abord, Thierry s'occupe de l'extraction d'un bloc qui gène dès l'entrée...

Ensuite, un gros bloc de 50 kilos bloque le passage. Une fois sanglé, il nous faudra 3/4 d'heure d'efforts à quatre pour le sortir.

Non les pieds ne sont pas ceux de Pat, bien que...
 
Notre spéléologue en herbe a déjà bien bossé ; malheureusement, malgré une profondeur visible de 5 m, il faudra des moyens plus persuasifs pour permettre un passage plus en profondeur ; Pat aura pourtant essayé les positions les plus scabreuses pour franchir l'obstacle !

Le passage par l'étroiture supérieure est encore impraticable et c'est par dessous que l'on a accès à la suite.

La suite, après élargissement, donne sur une longue diaclase de 4 à 5 m de profondeur encore trop étroite pour pouvoir descendre...

Un petit air frais nous encourage à revoir le trou l'hiver prochain sans vent à l'extérieur...
Pat & Thierry

mardi 28 mars 2017

Mardi 28 mars :

 

Grotte du Camping des Roches ( Judi, Hubert, Pat ) 

 

     Afin de compléter le travail topographique entrepris il y a trois semaines à la grotte de la Tranchée du chemin de fer, nous décidons, cet après-midi, de lever la topo de la grotte du Camping qui s'ouvre à côté, juste à 200 m à vol d'oiseau.
     Le contact est pris avec Hubert, le propriétaire, qui, très aimablement, nous accueille et délaisse ses travaux pour nous accompagner sous terre. 


Hubert, jovial, à l'entrée de sa cavité, fermée par une trappe.

Equipement grand luxe en fixe pour le puits d'entrée.
     Le puits d'accès débouche dans une petite salle allongée dont un gros soutirage latéral a été en partie comblé. La suite est une série de conduits labyrinthiques  que l'on parcourt debout, quelquefois à genoux mais le plus souvent à plat ventre. 




     Nous fiant à l'ancienne topo SCAV, assez simple, des années 60, nous pensions finir les levés rapidement. Mais voulant faire un relevé exhaustif de tous les conduits, nous constatons au bout d'un certain temps qu'il nous faut déjà rentrer et que nous ne sommes qu'à la moitié du trou. Une seconde séance devra être envisagée pour la semaine suivante.

L'ancienne topo, plutôt succincte...


     Un grand merci à Hubert pour son accueil.                                 Pat  

lundi 27 mars 2017

Lundi 27 mars :

 

Grotte de la Pluie  ( Gillou, Pat )

 

     Petite séance de désobstruction cet après-midi faisant suite aux travaux d'il y a 15 jours. Je rejoins Gillou qui a déjà commencé à oeuvrer dans le départ de droite. Mais il a plu depuis, et les blocs qui s'accumulent sont de plus en plus gras... et à droite, la suite est peu engageante.

Le tas de blocs commence à bien grossir et vu ce qu'il restera à stocker, il faut commencer à aménager.


     Pendant ce temps, je m'attaque à casser dans le boyau du siphon mais la place est mesurée et je ne suis pas très efficace. On commence ensuite le déblaiement, j'ai apporté une gamate sur mesure mais difficile à remplir avec ma petite pelle et tout se terminera à la main. Le boyau s'agrandit mais il est encore beaucoup trop étroit pour envisager un travail efficace derrière où il faudra enlever pas mal de terre pour pouvoir accéder au siphon.

Le micro méandre de droite mis en attente pour le moment...
      Vu la configuration, mon équipier est vite convaincu qu'il nous faut reporter toute notre "énergie" vers le siphon...
     Mais il y a encore quelques bonnes séances qui nous attendent avant de pouvoir le vider ...

A quand de belles galeries comme celle de l'entrée ?

                                                                                       Pat 

dimanche 26 mars 2017



Dimanche matin 26/03
grotte de la Courroie
Cette semaine, j'ai terminé un chantier débuté il y a vingt ans dans le numéro 31 de la vallée de l'Ibie ; un boyau dévale dans une petite salle, témoin d'une ancienne désob (fouilles ?) et semée de graffitis sur les parois.
Le boyau d'entrée

La petite salle
Une coulée bouchait le fond et semblait cacher la suite de la galerie. Or la grotte est positionnée à un endroit stratégique !
La coulée, ouverte il y a 20 ans !

L'étroiture au départ faisait 5 x 10 cms (ici après élargissement) !

L'autre côté après franchissement.
Si les conduits qui se développent derrière sont amples mais vite obstrués, il reste un espoir grâce à un minuscule orifice dans le remplissage.

Le minuscule orifice par où semble passer l'air (le stylo donne l'échelle).
L'habituelle niche aux excentriques
Quelques os à l'origine non déterminée
La fameuse courroie...amenée par je ne sais quel rongeur et par quel passage !

Une des diaclases témoigne d'un remplissage stalagmitique décapité.
La topo est faite dans la foulée et nous reviendrons poursuivre la désob mais ce sera un autre chantier ! Thierry




vendredi 24 mars 2017

Lundi 20, mercredi 22 mars :

 

Grotte de Jastres  ( Gillou, Jean-Louis, Pat )


     Rendez-vous est pris avec Jean-Louis D. qui devait, depuis longtemps, montrer à Gillou un trou, à priori inconnu et bien caché, qu'il a découvert sur le plateau de Jastres. Malheureusement, il ne l'a pas pointé mais possède néanmoins une photo panoramique qui devrait nous permettre ( en théorie ) de le trouver facilement... Notre guide, muni de sa canne-bâton nous amène sur le lieu où normalement... 
     Mais au bout d'une heure de recherche à zigzaguer dans la "bartasse" rien du tout. On reprend la photo, on fait des alignements avec les falaises, les arbres, mais rien à faire le trou n'est plus là ( où il devait être... )
     Pendant que notre archéo déconfit mais pugnace continue à chercher, je vais montrer à Gillou une micro traversée nichée en falaise avec vue imprenable sur Aubenas.

  

     Soudain le téléphone sonne. Jean-Louis, visiblement soulagé, a enfin retrouvé son trou ! Rendus sur place, nous visitons enfin cette petite cavité d'une trentaine de mètres dont l'entrée est effectivement peu visible. En fait c'est la Grotte de Jastres, connue et répertoriée de longue date mais perdue depuis, masquée par les ronces.




      En partant, J.L. trouve au sol une drôle de vis en se demandant qui a bien pu perdre ça ici. ( Il aura la réponse rapidement sur le chemin du retour...)
     En effet, plus loin, dans la descente, s'appuyant sur sa canne dévissée, celle ci se dérobe tout d'un coup, et notre septuagénaire nous gratifie alors d'un superbe soleil qui se terminera, heureusement sans mal, les quatre fers en l'air, dans les buis et les javelles...

   







     Retour deux jours plus tard, cette fois là directement grâce au GPS, pour fouiller et lever la topo. Malheureusement, l'extrémité du laminoir au sud est barré par une trémie impénétrable.                                              Pat

vendredi 10 mars 2017

Mercredi 8 mars

 

Grotte de la Pluie  (  Gillou, Pat ) 

 

     Cette petite cavité d'une cinquantaine de mètres située en rive gauche du canyon de Louyre n'est pas facile à repérer. Son petit porche d'entrée s'ouvrant en paroi à une quinzaine de mètres de hauteur est masqué par la végétation. Des traces d'écoulements temporaires en interstrate au niveau de la rivière aident à la trouver.





























     J'accompagne Gillou qui a entrepris des travaux d'élargissement dans une minuscule fissure au bout de la galerie. Pendant qu'il désobstrue, j'en profite pour lever la topo et faire quelques clichés.


 
Le court boyau d'entrée en demi-cercle aplati débouche sur une belle galerie méandriforme.



Au bout de quelques mètres, on ressent un petit courant-d'air trompeur... car en levant la tête, on aperçoit en hauteur une lucarne qui débouche à l'extérieur au pied de la falaise, d'où il provient.












































En paroi gauche une coulée stalagmitique témoigne d'une arrivée d'eau temporaire qui peut en cas de grosse pluie créer un siphon dans le boyau d'entrée.
Vers le nord, dans le prolongement de la galerie principale, un réseau "chevelu" proche de la surface est encombré de blocs et stoppe rapidement sur colmatage.


Le chantier de Gillou à l'extrémité de la galerie.




Un peu avant, sur la gauche, nous agrandissons un boyau très étroit, déjà désobstrué en 1973. Six mètres plus loin, un micro conduit impénétrable descendant bute sur un siphon.                                                                Pat  

 
     

lundi 6 mars 2017

Dimanche 05 mars :
Aven des Côtes
Au vu du temps annoncé ce week-end, je propose à Pat d'aller voir la rivière de l'aven des Côtes et de faire un peu de photographie ; c'est aussi l'occasion d'observer le comportement du trou en crue !
Le trou des Jeunes est déjà amorcé quasi dès l'entrée le samedi !
Vive l'aménagement royal de l'entrée supérieure !
Rendez-vous est pris à 13h00 et 1/2 h plus tard nous entrons sous terre.



Pat hésite à aller plus loin dans le siphon aval.

Nous déambulons dans cette belle rivière au débit d'au moins 50 l/s aujourd'hui !
Une très belle terrasse de galets construite puis en partie détruite par le collecteur.

Après avoir expliqué à quoi correspondent les différents départs à Pat, je décide de l'amener à l'amont de l'entrée, là où le collecteur n'a pour l'instant pas été retrouvé.




La galerie des Gours est active ce jour là, ce qui la rend encore plus esthétique...

La galerie principale devient ensuite sèche (mais des écoulements de crue sont bien visibles) avec une diversité lithologique toujours aussi surprenante !

La galerie s'achève bientôt sur un colmatage rédhibitoire d'où sort un petit actif dévalant la coulée pour aller rejoindre un autre ruisselet accessible derrière une étroiture désobstruée ; si le trou continue au-delà (beaucoup plus exigü), je précise à Pat qu'aujourd'hui c'est peine perdue, le boyau doit siphonner quelques mètres plus loin. Après 3h de visite, il est temps de rentrer...
Pat & Thierry