samedi 20 mai 2017

Samedi 20 mai
Pat, Thierry
grotte du Raid, réseau Bigmalion
Ce samedi, décision est prise, vu que les principaux objectifs ardéchois sont en crue, d'aller élargir un dernier départ de puits au réseau Bigmalion.


Pat apprécie à leur juste valeur les multiples contorsions nécessaires pour parvenir à notre objectif !



 La zone verticale est plus agréable quand on "porte" un gros kit...
Arrivés sur site, la désobstruction peut commencer...mais l'absence de ventilation nous contraindra à renoncer à la poursuite des travaux. Les gros "ploufs" entendus lors de la chute des blocs expliquent peut-être cet état de fait par une mise en charge alors que le retour se fait sous une nette ventilation dans les différents conduits.


Le retour se fait à un rythme pépère...


...de toute manière le profil des passages n'incline pas au rythme marathonien ! Nous reviendrons cet été pour explorer la suite du collecteur si la météo le permet et en souhaitant le retour de Guillaume parmi nous.


dimanche 14 mai 2017

Lundi 08 mai
massif du Coiron
(Gillou, Guillaume, Pat et Thierry)

Décision est prise cet après-midi de retrouver les avens du Devès et plus si affinités.

Finalement, après la descente de quelques diaclases sans intérêt, l'équipe fait choux blanc et ne pointe que l'aven aux 2 entrées, la perte de Sauviel et l'effondrement des Châtaigniers (2ème photo).
Il faudra donc revenir !
Mercredi 10 & samedi 13 mai
Aven n°2 du Serre Noir
(Pat, Thierry)
Nous revenons à la charge pour déblayer cet éboulis de base de puits que j'avais franchi en solo en 1994 pour stopper sur une étroiture derrière un bloc en ayant fait un mauvais croquis à l'époque... 
Pat, avec son organisation légendaire, a tout prévu et c'est, chargés comme des baudets, que nous parvenons à l'entrée !



Mercredi nous nous attachons à déblayer la 1ère partie, Pat allant reconnaître la suite mais ma grande carcasse imposera encore quelques travaux...
Le casque retrouvé dans l'éboulis ; on ramassera aussi un stylo bille et un flacon de shampoing !

Samedi, après une bonne paire d'heures de déblaiement, le boyau est ouvert et, effectivement, Pat a tracé une véritable autoroute (enfin presque !) ! La sortie se fait dans une petite salle où on décide de se restaurer avant d'attaquer la topo.
Auparavant, nous reconnaissons le trou jusqu'au fond (2 salles séparées par un joli méandre) et Pat tente de franchir l'étroiture terminale ; mais déjà alertés par un certain essoufflement des deux compères, il ne réussira pas en raison d'une teneur en Co2 vraiment trop importante !

Nous réalisons ensuite la topo sur un rythme plus adapté aux conditions (la piètre qualité des photos est sans doute due au léchage de l'objectif par Thierry) et nous ressortons 5 h après, sachant que désormais l'éboulis est stabilisé. Il faudra revenir quand le gaz sera moins oppressant... Je n'étais pas le premier comme l'atteste un graffiti d'un certain "A. Comte" daté de 1951 sur une stalactite de la salle terminale.

jeudi 4 mai 2017

Mercredi  03 mai
Coiron (Pat & Thierry)
Revenu plus tôt du tribunal, je propose à Pat d'aller revoir deux avens sur les hauteurs de Vesseaux côté Coiron plutôt intéressants et méritant une topographie plus affutée.
Le 1er est vite trouvé, bien repérable à côté d'un piton rocheux.

Vu de la crête, le paysage sur St Laurent est encore bien agréable à contempler ; Pat nous gratifie comme d'habitude d'un équipement light hors-pair !

Bon ce n'est tout de même qu'un P7 ! On est d'ailleurs pas les premiers !
L'éboulis en bas du puits a rebouché la suite, il faudra revenir avec les outils adéquats.

A la sortie un violent orage de grêle nous accueille et c'est complètement rincés que nous trouvons le second aven !

Cet aven donne accès à une belle salle où de nombreuses fissures rejettent sous terre le produit de l'orage.

Si le premier départ ne donne accès qu'à une alcôve sans issue, le second a été désobstrué pour déboucher sur une diaclase étroite.

C'est reparti pour équiper mais là je laisse Pat aller voir le fond, l'étroitesse des lieux me séduisant modérément!

Le fond s'apparente à une diaclase concrétionnée mais devenant impénétrable ; un méandre se laisse néanmoins deviner : un chantier qui vaudra le coup si du courant d'air s'amorce en hiver...

jeudi 27 avril 2017

Jeudi 27 avril
grotte des Estinettes
Thierry
Visite du comportement de la cavité après ces quelques pluies...

Effectivement, le siphon a bien débordé  (on comparera avec les photos du lundi de Pâques) ; je me contenterai de quelques compléments topos dans le sup.
L'accès au siphon terminal est noyé ; cela m'aura au moins permis de confirmer l'origine du petit courant d'air bien net qui parcourt le trou, déjà décelé en 2000 : il y a du travail en perspective mais le chantier pourrait être prometteur ! Au retour, le niveau a déjà accusé une baisse de 3 cms...

La galerie de la résurgence n'est pas active...

...mais les 3 principaux griffons en amont de l'Ardèche s'en donnent à cœur joie !

mardi 25 avril 2017

Lundi 24 avril
Grotte des Estinettes
Thierry
Poursuite de la topographie entamée il y a quelques jours.
Aujourd'hui il n'y a plus d'actif ; il doit s'écouler dans un niveau inférieur impénétrable.
Le passage de la trémie n'est guère exposé vu la taille des dalles concernées.

Comme la galerie inférieure conserve pas mal d'eau résiduelle, le choix se porte sur la galerie supérieure.

Toujours ces belles sections de galeries creusées dans le Jurassique ; les crues laissent ici bien peu de dépôts sédimentaires et mettent en valeur les fossiles emblématiques de cet étage géologique !
Oui, le passage est dessous ; il est interdit d'éternuer !

Le siphon terminal (205 m) a été plongé jusque 55 m de profondeur et ne demande qu'à être poursuivi (avis aux volontaires, j'aide à porter le matériel) ; il doit drainer une bonne partie du plateau de Lanas !
Poursuite & fin de la topo une prochaine fois...